Chroniques

L’amour, la mer, le fer et le sang de Aurélie Depraz

[Résumé :

Côtes danoises, hiver 865
Sven aime la mer. Il aime les raids, il aime les femmes, il aime son peuple et l’aventure mais… depuis peu, il se prend à rêver de semailles et de moissons, de terres et de cultures et, pourquoi pas, d’une femme, d’un foyer, d’une famille.
Une grande expédition est prévue au printemps. Les rives anglo-saxonnes. Cela tombe bien ! Il paraît que leurs femmes sont belles et leurs terres fertiles. C’est décidé : il en sera. Une épouse, une ferme, un commerce florissant vers le Jutland, et à lui le bonheur d’une vie nouvelle !
Mais quand on n’est rien d’autre, aux yeux de la femme de ses rêves, qu’un païen, un barbare, un envahisseur aux mœurs cruelles… quand on est l’amant d’une femme jalouse et le sujet d’un roi cupide… l’entreprise s’annonce difficile !
L’histoire d’un amour improbable au temps des grandes invasions vikings.
]

Tout d’abord, je tiens à remercier chaleureusement Aurélie Depraz pour ce service presse !

Je dois avouer que c’est avec un peu d’appréhension que j’ai ouvert ce roman se déroulant sous l’ère Viking ! Ces monsieur-là n’étant pas connus pour leur romantisme ou leur bonté, je me demandais bien ce que cette histoire allait me réserver !

Un peu d’appréhension mais aussi beaucoup d’envie ! Je rêvais de dépaysement, de découvrir une nouvelle culture et de voyager vers l’inconnu !

Et sur ce point là ma lecture m’a comblée !

Aurélie Depraz avec sa plume nous immerge au sein de la culture viking… J’ai bien eu l’impression de participer à un « banquet » avec Sven, Leif, Erik, Ivaar…

« Des feux chaleureux crépitaient dans les foyers centraux − deux vastes braséros rectangulaires au-dessus desquels grillaient d’énormes quartiers de viande − ainsi que dans divers petits foyers circulaires où chauffaient brouets, bouillies et ragoûts en leurs gros chaudrons noirs, posés sur des trépieds. Des torches fichées aux poteaux latéraux animaient les recoins de jeux d’ombre et de lumière. Elles ne révélaient que quelques détails épars du décor, mais s’avéraient d’une aide précieuse pour accoutumer ses yeux à la pénombre. Autour des piliers soutenant la charpente, des jarres d’hydromel et des tonneaux de bière de malt. Accrochés aux poutres, des crânes d’ours, des bois de renne, des mâchoires de rorqual, des ramures de cerf. Pendus aux solives, des gigots de mouton. »

Le roman se déroule au IXème siècle, et nous conduit à découvrir une des premières invasions Danes sur le sol Angles.

Sven rêvant de fonder un colonie pour cultiver des terres fertiles et assurer ainsi la survie pendant l’hiver de son peuple, convainc le roi Ivaar de soutenir son projet. C’est ainsi que Sven, Leif et tout un équipage viking vont investir les terres de autour de Dunwich sur la côte est de l’Angleterre (Royaume Est-Anglie) mais également venger leur Roi mort au combat.

Lors de l’assaut de la bourgade où Sven est chargé de fonder la colonie, au milieu du saccage, des massacres, il fait la rencontre d’Aalissia une jeune anglaise.

Est-elle? Celle dont il rêve secrètement pour fonder sa famille sur ces terres fertiles ?

Le récit alterne entre les scènes de combat, mêlées de stratégie militaire, les scènes de séduction, où la candeur d’Aalissia est confrontée à la vie pour le moins décomplexée et violente de Sven, le tout agrémenté de détails sur la vie en ces contrées si lointaines tant dans le temps que l’espace ! La lecture est agréable, fluide, riche de découvertes… dans un français parfait !

Les personnages sont très attachants et parfois surprenants !

La romance est bien menée ! Tout y est : les phases de séduction, l’éclosion des sentiments, le rejet, l’acceptation, vu sous le prisme du choc des cultures ! Les scènes plus « hots » sont intégrées avec une juste mesure trouvent parfaitement leur place dans l’histoire.

En un mot comme en 100, ne passez pas à côté de cette belle romance historique qui saura vous ravir j’en suis sûre !

Et pour finir, je vous invite à découvrir un bonus très intéressant concocté par l’auteur sur les coulisses du roman et notamment une partie sur le vrai du faux qui m’a particulièrement plu : https://aureliedepraz.com/2019/01/04/les-coulisses-de-lamour-la-mer-le-fer-et-le-sang/

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s